Ruines et sites abandonnés

Sur les Terres d'Illun, au travers des siècles, des peuples, cultures et religions se sont affrontés, voire détruits. Cela est surtout vrai lors de l'Age d'Airain. Au fil du temps, des sites se sont retrouvés en ruines, abandonnés, puis rongés par le temps. De nombreux secrets, artefacts et savoirs y dorment encore, suscitant la convoitise d'aventuriers téméraires.

En premier lieux, il y a les sites de l'antique Hunduraï, temples impis, nécropoles et sanctuaires démoniaques, aux mystères ténèbreux et qu'il serait sage de laisser endormis. Les Terres d'Illun en sont parsemés, parfois connus, parfois ensevelis et secrets.

Ensuite, il existe également de rares ruines elwenites issues des quelques murailles et bâtisses de pierre de cette Race Ancienne. Perdues dans les forêts antiques, peu en connaissent la localisation.

Plus nombreuses, plus connues et plus complètes, les ruines druuns démontrent la présence d'antiques puits vers les mines et forteresses de ce peuple des profondeurs aujourd'hui disparu.

Aucune trace par contre des antiques nids sylphyriens et repaires laanites. Il est vrai que, selon les mythes, ces peuples n'utilisaient que des matériaux périssables pour les créer.

Enfin, certaines tribus d'hommes, disparues ou non, ont marqués de leur empreinte les terres centrales d'Illun, laissant derrière eux des forteresses et cités détruites lors des affrontements lors de l'Age des Héros.

La mystérieuse cité de Thyr aurait ainsi laissé quelques ports et colonies sur les côtes ouest des Montagnes noires, avant de les abandonner et de disparaitre dans l'oubli.

La Némésie, lors du règne de l'Ainé Jolena, avait installé une grande colonie au sud-ouest des Terres Centrales. Visiblement, le désert a mystérieusement enseveli toute la région. De nombreux forts, ports et ruines de cette ancienne puissance parsèment désormais les riches et les sables brûlants. Les tribus de Parn gardent dans leurs contes un souvenir d'un cataclysme de cet ampleur.

Related Articles