Les Races Anciennes

Extrait des Chroniques des Races Anciennes, histoire et origines, écrit par Tullius Enios.

« Les Grands Élémentaires suivirent leur destin et entreprirent de créer Illün, le monde élémentaire. Ils choisirent le centre du Cosmos, là où Illün, le Premier Né, médita.
Le Cosmos fut créé en sept jours. Ils créèrent le monde en sept jours,

Ga choisit sa plus belle création, une sphère quasi parfaite, qu’il fit tournoyer sur elle-même et plaça au dit centre.
Aether ne pouvant conjuguer ses pouvoirs à Ga entoura la sphère de ses bienfaits. Ainsi, le monde fût partagé en deux royaumes. Il y eut le Ciel et il y eut la Terre.
Fin du premier jour.
Les pouvoirs de Katal et d’Onde s’opposaient également. Mais leur nature n’était pas à posséder : ils investirent chacun le Ciel et la Terre,
Il y eut les Feux d’en haut et les Feux d’en bas.
Il y eut les Eaux du haut et les Eaux du bas.
Fin du second jour.
Les Feux d’en Haut se choisirent un Père. Ra le Lumineux fut son nom. Héritier de Katal et d’Aether sur Illüna, il éclaira avec les siens le monde de ses bienfaits. Et la Lumière fût.
Les Feux d’en Bas se choisirent un Chef. Gröm le colérique était le plus puissant d’entre eux. Héritier de Katal et de Ga, il règne sur les Feux de la Terre.
Les Eaux d’en Bas nommèrent un Père. Baya était le plus présent d’entre eux. Héritier de Ga et d’Onde, il est le père des choses fertiles, du limon et des eaux de surface
Les Eaux d’en Haut prirent un Chef. Thorgän le puissant était le plus craint. Il prit possession des Vents, des Nuages, des Tempêtes et des Orages.
Fin du troisième jour.
Par leur nature de fluide, les Eaux d’en Bas et les Eaux d’en haut étaient en perpétuel mouvement, Aussi sont ils toujours passés d’un domaine à l’autre, créant les pluies, les brouillards et autres manifestations humides.
Les Feux d’en Bas et les Feux d’en Haut, quant à eux restèrent dans leur domaine respectif, séparés à jamais de leurs anciens frères.
Fin du quatrième jour.»
« Il fut un temps, longtemps après sa naissance, où Ma désira faire entendre le chant d’Illun à d’autres consciences. Jusque là, les Dieux élémentaires étaient les seules consciences sur le monde plein de vie. Le Pentacle élémentaire y avait créé harmonie et beauté, mais aucune autre conscience ne contemplait les bienfaits et beautés d’Illun.
Son pouvoir de génération créatrice, de Matrice cosmique, poussa Ma à s’approcher des autres divinités élémentaires du monde. Ma suivit son instinct maternel d’enfantement et d’union et s’unirent à eux.
Ces premières unions entre le Principe féminin élémentaire et les Principes masculins élémentaires produisirent pour la première fois la naissance d’êtres conscients, doués de libre arbitre. Ces êtres avaient la faculté de choisir leur destin et n’étaient pas liés aux méditations du Premier Né. Ainsi, le monde fut peuplé par les Races Anciennes.
Ma s’approcha de Gröm et s’unit à lui. De leur union naquirent les Druuns, les Etres des forges. Ils étaient petits, forts et trapus. Leur peau était grise comme la pierre, et leur cœur était rouge comme le feu. Colériques et souterrains, ils aiment le refuge de la terre.
Ma s’approcha de Baya et s’unit à lui. De leur union naquirent les Felwens, les Etres des bois. Ils étaient de taille moyenne, élancés et agiles. Leur peau était olivâtre, leurs oreilles effilées et leurs chevelures soyeuses et claires. Calmes et mystérieux, ils aiment les arbres et habitent parmi eux.
Ma s’approcha de Thorgän et s’unit à lui. De leur union naquirent les Sylphyrs, les Etres ailées. Ils étaient grands, forts et portaient de grandes ailes blanches. Sur le reste de leur corps, leur peau variait du blanc au bleu clair. Au tempérament emporté, ils vivent dans les hautes montagnes, près des nuages et des vents.
Ma s’approcha de Ra et s’unit à lui. De leur union naquirent les Laans, les Etres des plaines. Minuscules, fragiles, ils vivent dans les hautes herbes et les grandes prairies sauvages où ils ont appris à se cacher et à disparaître. A l’instinct extrêmement grégaire, ils ne peuvent vivre isolés de leur semblables. Gais, jovials, farceurs, ils aiment la vie simple et monotone.
Ces Etres furent nombreux et se fondirent de suite dans le Monde. Ils purent le contempler, et le trouvèrent magnifique. Ils purent contempler les végétaux et les arbres, et en furent fiers. Ils purent contempler les animaux, et ils trouvèrent cette vie harmonieuse. Ils choisirent de vivre en harmonie avec ce monde magnifique, en remerciant Ma et leurs pères du cadeau qu’ils leur avaient fait.
Ainsi, ils se répartirent la surface du monde, chaque race se retrouvant en charge de ses lieux de prédilections.
Les Druuns s’enfouirent dans leurs souterrains préférés, se chargeant de garder les entrailles de la terre, où leur Père Volkar régnait sur les profondeurs.
Les Felwens se firent gardiens des forêts et autres importantes régions boisées. Domaines de prédilection de leur Père Baya, ils aimaient les arbres et autres végétaux de ces contrées.
Les Laans se firent gardiens des plaines, les domaines de prédilection de Ra, leur Père, régions où ils aimaient se cacher et s’amuser.
Les Sylphyrs restèrent dans les montagnes, qu’ils gardent depuis avec leur Père Thorgän. Cimes, pentes abruptes, rochers inaccessibles sont autant d’endroits qu’ils affectionnent et fréquentent.
Les Mers, les Vents, les Profondeurs et les Feux restèrent la propriété des Élémentaires et de leurs rejetons.
Chaque Race ancienne intégrérent le monde d’Illun et ses Harmonies. Ils surent ne faire qu’un avec lui. Ils apprirent à se faire discret, pour ne pas perturber les cycles harmonieux de la vie. Ils apprirent à être en symbiose avec tous les êtres. A tel point que les Hommes, plus tard, les appelérent les Fééries.
Ma, Mère Nature, fut satisfaite de ses enfants. Elle sut alors qu’elle pouvait compter sur eux pour apprécier et veiller sur le Monde. Elle en engendra de nombreux autres pour servir Illun, moins influents, moins serviables, tels que les satyres, les lutins, les oréades, les nymphes, les dryades, les licornes, les sphynx et tant d’autres... Mais tous appartenaient à la grande famille des Races Anciennes, Enfants de Ma, qui furent appelés plus tard par les Hommes les Etres féériques... »

Related Articles